Challenge ou Hawk-Eye

Challenge ou Hawk-Eye: technique et règlement

 

Le Hawk-Eye (en français: oeil de faucon) existe, en complément d’arbitrage dans le tennis, depuis 2006.

Hawk-Eye: Comment ça marche?

Le système fonctionne grâce à une dizaine caméras « high speed » (ultra rapide) réparties autour du terrain et chacune reliée à un ordinateur, ce qui permet de retracer la trajectoire de la balle en 3 dimensions. En plus des trajectoires, il peut calculer le point d’impact d’une balle avec une marge d’erreur de 3 ou 4 millimètres.


Challenge : Les règles


Un joueur peut demander un challenge, s’il pense qu’une balle a été mal jugée.

Plus précisément, après un point, si le joueur pense qu’une balle est bonne et qu’elle a été annoncée faute (ou inversement), il peut lever sa raquette pour demander un challenge. Il doit le faire avant l’annonce du score par l’arbitre.

Il peut également demander un challenge pendant un échange, s’il pense qu’une balle est faute et qu’elle n’a pas été signalée. Il doit alors stopper l’échange pour demander le challenge.

Un joueur peut demander 3 challenges par set (+1 en cas de tie-break), si le joueur a bien jugé la balle et que le challenge lui donne raison, il ne perd pas de challenge (s’il en avait 3, il en a toujours 3). Si le joueur a mal jugé la balle et que le challenge lui donne tort, il perd un challenge (s’il en avait 3, il lui en reste 2).

Les points négatifs

En dehors de certains joueurs ou arbitres sceptiques quant à la fiabilité du système.

Le principal défaut du Hawk-Eye est son coût, qui a pour conséquence sa disponibilité souvent partielle sur les tournois. Autrement dit, le système est disponible sur certains courts mais pas sur tous, lors des tournois, ce qui est injuste pour les joueurs qui doivent jouer sur des courts dépourvus de Hawk-Eye, alors que d’autres joueurs sur le même tournois au même moment en dispose.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *