Roland Garros – Trophée des Légendes – Résultats du 10 juin 2012 – FINALES

+ de 45 ans – FINALE

Guy FORGET (FRA)/Henri LECONTE (FRA)
6 – 3
7 – 6
John McENROE (USA)/Patrick McENROE (USA)

-de 45 ans – FINALE

Thomas ENQVIST (SWE)/Todd WOODBRIDGE (AUS)
2 – 1
6 – 6
Albert COSTA (ESP)/Carlos MOYA (ESP)

Articles liés :

Roland Garros – Trophée des Légendes – Programme du 10 juin 2012 – FINALES

+ de 45 ans – FINALE

Guy FORGET (FRA)/Henri LECONTE (FRA) vs John McENROE (USA)/Patrick McENROE (USA)

-de 45 ans – FINALE

Thomas ENQVIST (SWE)/Todd WOODBRIDGE (AUS) vs Albert COSTA (ESP)/Carlos MOYA (ESP)

Articles liés :

Roland Garros – Trophée des Légendes – Résultats du 9 juin 2012

+ de 45 ans

Mikael PERNFORS (SWE)/Mats WILANDER (SWE)
7 – 2 – 5
6 – 6 – 10
John McENROE (USA)/Patrick McENROE (USA)

-de 45 ans

Cedric PIOLINE (FRA)/Fabrice SANTORO (FRA)
6 – 6 – 5
7 – 3 – 10
Albert COSTA (ESP)/Carlos MOYA (ESP)

Articles liés :

Roland Garros – Trophée des Légendes – Programme du 9 juin 2012

+ de 45 ans

Mikael PERNFORS (SWE)/Mats WILANDER (SWE) vs John McENROE (USA)/Patrick McENROE (USA)

-de 45 ans

Cedric PIOLINE (FRA)/Fabrice SANTORO (FRA) vs Albert COSTA (ESP)/Carlos MOYA (ESP)

Articles liés :

Le retour gagnant de Paul-Henri Mathieu à Roland Garros face à John Isner

Paul-Henri Mathieu a joué un match incroyable face à John Isner sur le court central de Roland Garros ce 31 mai 2012.

Paul-Henri Mathieu, 30 ans, avait dû rester éloigné des tournois durant 18 mois, à cause de plusieurs opération du genou. Les médecins étaient sceptiques quant à la possibilité de rejouer des tournois un jour.
Il n’a pas renoncé et avait mis à profit son arrêt forcé en étant consultant durant le tournois de Roland Garros 2011 et pour écrire un livre « Tennis mode d’emploi » qui donne les bases du jeu, des coups, des stratégies, des entraînements, ainsi que des conseils venant de son expérience de joueur de haut niveau, il a été n°12 mondial en 2008.

Il a repris la compétition au mois février, avec des matchs convaincants en tournois challenger et 250.
Pour ce Roland Garros 2012, Paulo revient sur le tournois avec une Wild Card, classé 261e mondial, il n’a rien à perdre et reporte son 1er tour en 5 set face à l’allemand Bjorn Phau. Au second tour, face à John Isner, il ne part pas favori, loin de là, raison de plus pour se battre et ne rien lâcher.

Grâce à son travail, son talent et sa maîtrise du « mode d’emploi », on peut dire que, dans ce match face au géant américain John Isner (11e mondial), Paulo a fait un « retour gagnant » (le jeu de mot est facile mais la victoire est belle). Il remporte ce match qui a duré 5h41 sur le score de 6-7 / 6-4 / 6-4 / 3-6 / 18-16. Durant ce 5e set, John Isner a dû avoir une pensée pour un autre match de Grand Chelem qu’il a disputé contre un français, qui est devenu un de ses amis. Il avait réussi à s’imposer face à Nicolas Mahut au terme d’un combat acharné de plus de 11h à Wimbledon, mais cette fois à Paris sur terre battue, il n’a pas pu.

John Isner a une fois de plus montrer qu’il était un joueur hors norme et pas seulement par la taille. Quant à Paul-Henri Mathieu, il nous a prouvé qu’il était bel et bien un grand champion.


ROLAND GARROS 2012 – Le match du jour – MATHIEU… par VideosMediaStudio

Rolang Garros 2012 – Portrait de favoris et challengers – John Isner

Redouté par les meilleurs joueurs du monde, John Isner sera-t-il à la hauteur de l’enjeu à Roland-Garros ? Analyse des différents points forts et faibles de l’américain ainsi que sur ses possibilités de réaliser un bon parcours à Paris!

Le joueur

Grand gaillard de plus de deux mètres et américain de vingt-sept ans, John Isner s’est fait remarquer au premier plan du tennis mondial grâce à son match historique face à Nicolas Mahut au premier tour de Wimbledon en 2010 (6/4 3/6 6/7 7/6 70/68). Il confirmera, par la suite, sa très bonne ascension en glanant trois titres et en atteignant le top dix mondial.

Début de saison 2012

L’américain décide de débuter son année à Sydney, où il fut éliminé dès son entrée en lice par Bobby Reynolds. Vient, ensuite, l’Open d’Australie où, après un match marathon remporté face à David Nalbandian au tour précédent (4/6 6/3 2/6 7/6 10/8), il quitte Melbourne, fatigué, dès le troisième tour en s’inclinant contre Feliciano Lopez (6/3 6/7 6/4 6/7 6/1). Peu après en février, John Isner prépare le match de Coupe Davis entre la Suisse et les Etats-Unis. Après la victoire de Mardy Fish sur Stanislas Wawrinka, le natif de Greensboro s’offre un certain Roger Federer en quatre manches sur la terre-battue de Fribourg (4/6 6/3 7/6 6/2) et assure avoir disputé « le meilleur match de sa carrière ». Suite à ce premier tour de Coupe Davis victorieux, John Isner enchaîne les petits tournois mais ne parvient à pas à faire mieux qu’un quart de finale à Memphis et une demie à Delray Beach. C’est ensuite, le début de la tournée américaine avec le Masters 1000 d’Indian Wells. Il réalise un très bon tournoi, certainement son meilleur depuis le début d’année, en atteignant la finale après une victoire de prestige sur Novak Djokovic dans le dernier carré (7/6 3/6 7/6). Malgré son fabuleux parcours, « Big Ben » ne parvient pas à remporter son premier titre en Masters 1000, la faute à un Roger Federer des grands jours (7/6 6/3).
Cependant, sa route en Californie l’a quelque peu fatigué et il prend la porte dès le troisième tour à Miami où il tombe face à Florian Mayer (6/4 6/2). Vient alors un nouveau grand rendez-vous avec le quart de finale de la Coupe Davis opposant les Etats-Unis à la France.
Avec l’absence de Mardy Fish, il part comme leader de la sélection américaine. Et John Isner ne manquera pas le rendez-vous en remportant ses deux simples sur la terre-battue de Monte Carlo contre Gilles Simon (6/3 6/2 7/5) et Jo-Wilfried Tsonga (6/3 7/6 5/7 6/3). Après avoir été le grand artisan de la qualification pour les demies-finale de la Coupe Davis avec les Etats-Unis, John Isner se rend à Houston où il sera battu en finale par Juan Monaco (6/2 3/6 6/3). Ayant fait l’impasse sur le Masters 1000 de Monte Carlo, il reprend la
compétition à l’occasion du Masters 1000 de Madrid où il est sorti dès son entrée en lice face à Marin Cilic (7/6 7/6). A Rome, ensuite, son parcours n’est guère plus convaincant que dans la capitale espagnole puisqu’il est éliminé dès le deuxième tour par Andreas Seppi (2/6 7/6 7/5). Avant de prendre la direction de Roland-Garros, le géant américain a décidé de participer à l’Open de Nice cette semaine où il est tête de série numéro une.

Forces

Son service est bien évidemment l’atout principal de John Isner mais il ne faut pas oublier qu’il peut faire des ravages en coup droit et à la volée. Son mental est également très bon et il rate rarement les
grands rendez-vous qui s’offrent à lui.

Faiblesses

S’il est impérial au service, l’américain est encore un peu tendre lors des jeux de retours et son revers à deux main est loin d’être parfait. Sa grande taille peut également lui faire défaut face à des balles courtes et son jeu de jambes reste à améliorer.

Ses chances à Roland-Garros ?

S’il n’est pas l’un des favoris Porte d’Auteuil cette année, son statut de favori n’est pas usurpé puisqu’il a démontré l’année dernière qu’il pouvait réaliser de grandes choses à Roland-Garros en inquiétant Rafael Nadal dès le premier tour avec un match perdu en cinq manches au bout du suspense (6/4 6/7 6/7 6/2 6/4). Sa place dans le top dix pourrait également être un bon facteur de réussite parce qu’il s’assure de ne pas rencontrer un joueur mieux classé que lui avant les huitièmes de finale.

Pronostic de la rédac’ sur ses chances à Roland-Garros : De notre côté, nous voyons John Isner se rendre jusqu’en huitièmes de finale au moins. S’il parvient à réaliser un bel exploit, pourquoi pas un quart de finale, ce qui serait sensationnel pour lui étant donné que la terre-battue n’est pas sa surface favorite.

Et vous, jusqu’à quel stade de la compétition croyez-vous que John Isner est capable d’aller ?

Par Nicolas Dufour
le-sport-et-moi.net